Yoga Kundalini, réveillez le serpent !

Cette forme de yoga vous permet non seulement d’accéder à un état de conscience supérieur, mais offre également des exercices pratiques pour pétiller et respirer la jeunesse. Yogi Bhajan, son fondateur, a entamé sa quête spirituelle dès l’enfance. Il a légué au monde d’innombrables écoles de yoga, ainsi qu’une très populaire marque de thé.

« Si le yoga n’était qu’une question de souplesse, les clowns de cirque seraient les meilleurs yogis », ironisait Yogi Bhajan, le père spirituel du courant Kundalini. Le yoga, cependant, ne se résume pas à la capacité à se contorsionner. Un corps souple et en bonne santé est certes un objectif important, mais le yoga a plus encore à offrir sur le plan mental. Et on ne parle pas seulement de spiritualité : le Yoga Kundalini peut également vous aider à mieux gérer les tracas du quotidien. Les exercices, accessibles à tout le monde, produisent rapidement leurs bienfaits. « Si vous pouvez respirer, vous pouvez faire du yoga, affirmait Yogi Bhajan. Si je peux le faire, tout le monde peut le faire ! »

Léveil de la conscience

Le Yoga Kundalini est issu de la tradition tantrique, dont le principe de base est que tout est relié. Selon le cœur de cette philosophie, l’univers tout entier vit en chacun de nous et nous sommes également une petite partie du grand Tout. En Occident, on associe souvent le tantra à l’érotisme. En réalité, le sexe y est envisagé comme un échange énergétique propre à favoriser la croissance spirituelle. Le but du tantra ? Faire monter l’énergie des chakras inférieurs, les centres énergétiques concentrant les désirs les plus terrestres et égocentriques, vers les chakras supérieurs, qui ouvrent à l’amour et à la relation. L’énergie dont on parle est l’énergie kundalini. Accumulée dans le premier chakra, au niveau du coccyx, elle est représentée par un serpent endormi, enroulé sur lui-même. Dès que ce serpent, symbole de la conscience, s’éveille, il monte à travers les chakras pour nous amener à un état supérieur de l’être. Le Yoga Kundalini est une manière d’activer cette énergie et de la faire circuler en vous. « La kundalini peut se voir comme le nerf de notre âme ; elle est en chacun de nous. C’est notre potentiel créatif humain », précise Anne Esménard, professeur à Marseille.

La pratique du Yoga Kundalini se caractérise par son dynamisme. On bouge beaucoup durant les postures afin, justement, de réveiller cette énergie. Vous décrivez par exemple de petits cercles avec votre bassin ou rentrez toujours plus fortement le nombril en expirant, lors de la Respiration du feu. Ceci contraste avec le Hatha Yoga, dont les postures sont en général plus statiques car tenues plus longtemps. Cela étant, une leçon de Kundalini comprend toutes sortes d’exercices de respiration (pranayamas), de méditation et de mantras. Les mantras sont essentiellement en gurmukhi, qui est la langue des Sikhs au Pendjab. Yogi Bhajan était sikh et employait des mantras issus des textes sacrés de sa culture. Son origine explique également le turban que portent beaucoup de yogis Kundalini et le nom spirituel que prennent souvent leurs élèves. Les femmes reçoivent un nom finissant par Kaur, princesse, tandis que les hommes sont désignés par Singh, lion.

Des années de préparation

Le Yoga Kundalini est le fruit d’une tradition ancestrale de yogis qui vivaient dans les montagnes inaccessibles de l’Himalaya. Des milliers d’années durant, ils ont transmis leurs connaissances oralement de maître à élève dans le plus grand secret, afin d’éviter que la puissante énergie du Yoga Kundalini soit mal utilisée. Mal employée, elle peut en effet être dangereuse. Des cas ont ainsi été décrits de personnes frappées de psychose ou littéralement consumées de l’intérieur par l’énergie kundalini brutalement libérée à travers leur corps. Plus tard, une partie des techniques du Yoga Kundalini ont été relatées par écrit.

Il faut cependant attendre les années 1970 pour que cette forme de yoga gagne le grand public, grâce à Yogi Bhajan (1929-2004). Dès l’enfance, cet Indien, né Harbhajan Singh, est porteur d’une mission. Il écoute, captivé, les histoires spirituelles de son grand-père. Fasciné par la spiritualité, le jeune Harbhajan cherche ailleurs la sagesse qu’il ne trouve pas sur les bancs de l’école. Il visite des sages et des yogis ascètes, les sadhus pour élargir le spectre de ses connaissances. Il suit dès l’âge de 8 ans l’enseignement du maître Sant Hazara Singh. C’est sous sa conduite qu’il apprend notamment le Yoga Kundalini, le tantra et le gatka, un art martial à l’épée.

Après des années d’entraînement intensif, il reçoit à 16 ans le titre de maître de yoga. Son professeur lui prédit qu’à l’âge de 40 ans, il diffusera la connaissance acquise. Où et comment, il l’ignore, mais Harbhajan se prépare rigoureusement à sa tâche. Il fait tout cela en marge de ses études d’économie, de son travail et de sa vie de famille. Grâce à son métier d’inspecteur des douanes dans de grands aéroports, il voyage à travers toute l’Inde, saisissant toutes les occasions pour rendre visite à des saints, swamis et ashrams reculés. Il s’emploiera ainsi pendant près de vingt ans à perfectionner sa connaissance du Yoga Kundalini.

Élèves hippies

En 1968, Harbhajan met le cap sur le Canada. En trois mois, il monte un centre de yoga et donne une interview à la télévision nationale. Début 1969, alors qu’il rend visite à un ami à Los Angeles, il trouve sa vocation. Les hippies californiens recourent aux drogues pour accéder à un autre état de conscience et plaident pour

la paix dans le monde et l’égalité sociale. Harbhajan convainc les hippies qu’il est possible d’atteindre les mêmes sphères grâce au Yoga Kundalini. Les hippies raccourcissent affectueusement son nom en Yogi Bhajan et c’est sous ce surnom qu’il entre dans l’Histoire. La prédiction de son vieux maître s’est accomplie.

Dans les années 1970, la diffusion du Yoga Kundalini s’accélère : Yogi Bhajan crée plusieurs organisations dans le monde. Parmi elles, 3HO, la Happy Healthy Holy Organization. Yogi Bhajan estime qu’il est un droit fondamental de tout un chacun d’être à la fois heureux, en bonne santé et en harmonie avec soi et le monde. 3

HO prône un mode de vie sain, pour les individus comme pour l’environnement. À côté de cette organisation apparaissent des centaines d’ashrams en Amérique et en Europe. Le thé qu’il sert après chaque leçon de yoga entre en production. Le Yogi Tea commence à une échelle réduite, où tout est encore pesé et emballé à la main, avant de devenir le riche assortiment de thés ayurvédiques que l’on connaît, disponible dans le monde entier. Dans les années 1990, le yoga vit une deuxième phase de croissance, du fait de l’engouement qu’il suscite. Pour Yogi Bhajan, l’important est que « la pratique reste aussi simple que possible afin de pouvoir l’utiliser facilement dans la vie de tous les jours. De manière à ce que tout un chacun puisse se sentir mieux, être visiblement plus en forme et plus heureux ». C’est pourquoi il n’hésite pas à donner des conseils pratiques pour garder une apparence plus jeune ou encore pour acquérir richesse et succès. Non pas pour se mettre lui-même sous les projecteurs, mais uniquement pour transmettre des leçons universelles vieilles de plusieurs milliers d’années.

 

Soyez un phare

Chloé Keraghel, Dharam Kaur de son nom spirituel, est enseignante depuis plus de 15 ans de Yoga Kundalini. « Un cours de Yoga Kundalini se compose de mantras d’ouverture (Adi Mantra pour relier notre conscience individuelle à la conscience universelle et Mangala Charn Mantra), d’exercices d’échauffement et de pranayama librement composés par le professeur et d’un ou plusieurs kriyas, les exercices enseignés par Yogi Bhajan. Suivent une relaxation et une méditation. Nous terminons chaque classe en chantant May the long time et le mantra Sat Nam. » Ce côté pratique du Kundalini est toujours présent dans les leçons. Dans les séries d’exercices et les méditations, on travaille de manière très ciblée sur un thème physique, émotionnel, énergétique ou spirituel.

« Les kriyas sont des séries d’exercices établies suivant une séquence et un minutage très précis, avec un objectif prédéterminé, précise Catherine Saurat, professeur de Yoga Kundalini, Yin Yoga et Child Play Yoga. Comme les méditations, les kriyas peuvent être donnés ponctuellement pour un cours ou suivis sur des périodes de 40, 90, 120 jours ou plus pour répondre à une problématique ou à une envie particulière dans une démarche personnelle. »

Vous pouvez ainsi apprendre à vous défaire de votre colère, à ouvrir le chakra de la gorge pour une meilleure communication ou, à un niveau plus spirituel, à accroître votre connexion à l’univers.

Serviabilité, compassion et humilité sont les grands piliers des leçons de Yogi Bhajan. Aider les autres rend heureux : « Soyez un phare : en dirigeant votre lumière sur les autres, vous les aiderez à atteindre leur but et à être heureux. Et si vous aidez les autres, Dieu vous aidera. C’est aussi simple que ça », enseignait-il.

Texte : Jenny van den Heuvel et Sophie Fabre | Photographie : JBTLLC

Artboard 1

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

Newsletter

Restez au courant des nouvelles parutions de Yoga magazine