Rencontre avec Anne Bianchi, aux portes de la Kundalini

ANNE BIANCHI, créatrice du studio de Kundalini SATNAM MONTMARTRE, allie sexothérapie et spiritualité pour décloisonner les espaces de guérison. Yoga-magazine.fr vous propose de découvrir un passage de son portrait paru dans Yoga magazine #25 (en kiosque le 22 mai) et un extrait exclusif de sa masterclass avec la respiration du feu, le Sat Krya et le Chat-Vache, ou "posture de la jeunesse éternelle".

Ce qui nous lie

Il n’y a pas de hasard. Parmi les nombreuses formations en Yoga Kundalini qu’Anne Bianchi a suivies à l’étranger, l’une des plus marquantes a été celle de Yoga Borgo, en Ombrie. Un sublime ancien monastère tenu par un couple d’Américains, élèves de la première heure de Yogi Bhajan. Et aujourd’hui, le studio d’Anne se situe à l’étage d’une fascinante bâtisse construite en 1835 par le comte de L’Escalopier. Sa famille – les Della Scala – était originaire de Vérone… comme les ancêtres d’Anne. Avec ses grands yeux noisette et ses cheveux ondulés, la professeure de 46 ans n’a pas renié ses racines – à la fin de ses cours, il n’est pas rare qu’elle invite les élèves à partager une infusion dans la cuisine adjacente. La convivialité à l’italienne…

Ce jour-là, nous nous retrouvons à deux pas du studio Satnam Montmartre, dans une pizzeria. « Ce quartier a une énergie très particulière : entre le Sacré-Cœur et le Moulin Rouge, le mysticisme et la dépravation, les mauvais garçons, les artistes et les abbesses qui ont protégé Montmartre pendant la Commune, explique-t-elle tandis que les haut-parleurs derrière nous diffusent une vieille chanson d’Adriano Celentano. Montmartre incarne ces polarités à l’œuvre dans l’Univers et en nous. » Comme une manifestation du tantra, qui signifie “tissu” : ce tissu qui relie le monde matériel et invisible, le physique et le divin, au-delà de la dualité.

Alchimie

En 2012, Anne fait un constat. En thérapie depuis ses 15 ans, âge auquel elle a traversé un traumatisme, elle a tout “visité” : le père, la mère, l’Œdipe… « J’avais accepté mon trauma, je vivais avec, et pour autant… je ne me transformais pas. Quelque chose dans mon corps attendait. » Comment faire pour enclencher ce fameux processus d’alchimie, qui permet de transformer le plomb (et les traumas) en or ? Un processus dont chacun est capable, Anne en est convaincue.

Partie en Inde à 17 ans, elle s’est essayée au traditionnel Hatha, puis à l’athlétique Ashtanga dans sa vingtaine, au rigoureux Iyengar pendant cinq ans… La kundalini ? Jamais entendu parler. Jusqu’à ce qu’une amie l’invite à une “full moon party”. Fêtarde invétérée, Anne accepte… et se retrouve sans rien comprendre au beau milieu d’un cours de Yoga Kundalini. « Je m’en souviens très bien : c’était un soir de pleine lune, à Marseille, fin août. On a chanté des mantras : Ong Namo Guru Dev Namo, Aad Guray Nameh… et j’ai adoré, j’ai juste adoré, en fait ! résume-t-elle avec un immense sourire. J’étais à l’aube de la quarantaine, en plein divorce, plus du tout en phase avec mon métier. Je pensais que ma vie était un bazar sans nom, je faisais des cauchemars toutes les nuits… et je me suis souvenue de cette phrase de Churchill que je dis souvent à mes élèves :  » Si tu traverses l’enfer, continue d’avancer.  » If you’re going through hell, keep going.

[…] Retrouvez la suite de l’article dans Yoga magazine #25, dès le 22 mai chez votre marchand de journaux et sur shop.oracom.fr.

Texte : Clémentine Kœnig. Photographies : Anaka (www.anakaphotographie.com)

La série en images

  • CHAT-VACHE : la posture de la jeunesse éternelle

    Mettez vous à 4 pattes. Gardez les yeux fermés en vous concentrant au 3ème œil, le point entre vos sourcils. À l’inspire, creusez le bas du dos, ouvrez votre poitrine et relevez le menton vers le ciel pour arriver en posture de la vache…

  • À l’expire, faites le dos rond comme un chat en enroulant la colonne et en aspirant le ventre. Recommencez le mouvement à un rythme d’abord modéré puis accélérez en augmentant la puissance de votre souffle tandis que la colonne s’assouplit. Plus le mouvement devient rapide, plus on obtient de bénéfices anti-âge. Pratiquez pendant 1 à 3 minute. Pour finir, inspirez et étirez votre corps en posture de la vache. Expirez dos rond en aspirant le nombril vers la colonne. Puis inspirez, revenez dos droit, et à l’expire, venez poser vos fesses sur vos talons et relaxez vous les bras le long du corps, le front au sol, les épaules relâchées, en posture de l’enfant.

  • SAT KRIYA

    C’est un kriya, et non une simple posture. Cela veut dire que l’exercice propose un ensemble combinés d’actions : asana, pranayama (respiration), mudra (position des mains et des doigts) spécifique et mantra. C’est probablement l’exercice le plus emblématique du Kundalini Yoga, il active puissamment l’énergie kundalini et en ce sens, active aussi notre libido.

    Asseyez vous sur les talons en posture du rocher, ou en posture simple si c’est plus confortable pour vous. Levez les bras au dessus de la tête et si possible pressez-les contre les oreilles. Entrelacez tous vos doigts sauf les index que vous pointez vers le ciel, pouce gauche sur le droit pour les femmes et pouce droit sur gauche pour les hommes. Les épaules sont relâchées et la colonne érigée, le poids du corps repose sur les talons. Dans cette posture, on fait vibrer le mantra Sat Nam (Sat, la vérité, nam, le nom, soit « la vérité est notre identité »). Sur Sat, tirer puissamment le nombril vers la colonne et contracter anus et organes sexuels. Sur Nam, relâchez la contraction. Les yeux sont fermés, le dhrishti (direction du regard) est au 3ème œil, au point entre les sourcils. Continuez pendant 3 minutes.

    Pour finir, inspirez, étirez-vous encore plus, puis contractez mulabhanda. Expirez, relâchez la contraction. Recommencez 2 fois. Allongez vous tranquillement au sol, et si possible aussi longtemps que vous avez pratiqué l’exercice. Avec de la pratique, on peut faire le Sat Kriya jusqu’à 11, 22 ou 31 minutes.

  • RESPIRATION DU FEU

    En Kundalini Yoga, on utilise souvent la respiration du feu. L’inspire et l’expire se sont par le nez et sont d’égale durée. La respiration est puissante et rapide, et surtout régulière. À l’expiration, active, tirez le nombril vers la colonne, à l’inspiration, passive, laissez le nombril se relâcher vers l’avant. Évitez d’exagérer la force de l’expiration, et ne grimacez pas, gardez un visage relâché, et même souriant !

Artboard 1

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

Newsletter

Restez au courant des nouvelles parutions de Yoga magazine