Petit point de lumière

Logée profondément à l’intérieur du cerveau, l’épiphyse est également connue sous le nom de glande pinéale. Cette glande minuscule et sensible à la lumière régule le rythme biologique veille-sommeil et serait même responsable de la clairvoyance, des rêves et des expériences de mort imminente.

Pendant longtemps, les scientifiques ont été incapables de dire à quoi servait précisément l’épiphyse. Aujourd’hui, on sait que cette glande est, avec les yeux, le seul organe à posséder une rétine sensible à la lumière et à l’obscurité. Se fondant sur sa perception, l’épiphyse sécrète deux hormones, la sérotonine et la mélatonine, qui régulent le rythme veille-sommeil.
Pour les Grecs et les Égyptiens, l’épiphyse était un organe spirituel, et le philosophe français Descartes l’appelait même le siège de l’âme. Les anciens textes du yoga font eux aussi grand cas de l’épiphyse. La glande sécréterait le mystérieux liquide amrita, source d’immortalité. L’homme étant généralement debout, le liquide coule selon la tradition sur le plexus solaire (le troisième chakra), brûlant ainsi doucement. Pratiquer des postures inversées induirait un moindre gaspillage du liquide et allongerait notre vie. Les scientifiques modernes ont une explication légèrement différente : les postures inversées, comme celle sur les Mains ou la Chandelle, amènent plus de sang au cerveau et stimulent ainsi l’action de l’épiphyse.

Anatomie

L’épiphyse se trouve entre les deux hémisphères et a la taille d’un gros grain de riz. C’est une glande endocrine, ce qui signifie que c’est un organe qui sécrète des hormones. Jusqu’à l’âge de 10 ans environ, l’épiphysefreine le fonctionnement hormonal des glandes sexuelles. Dès que la puberté commence, le fonctionnement de la glande diminue. L’épiphyse sécrète les deux hormones que sont la sérotonine et la mélatonine. Ces substances influent sur notre horloge biologique et notre humeur. La lumière joue ici un rôle important. L’épiphyse est en effet sensible à la lumière du soleil. Durant la journée, il produit de la sérotonine, une hormone qui nous donne notre vitalité et nous permet de penser rationnellement. Un manque de sérotonine peut être à l’origine de sentiments dépressifs. Dès que la lumière du jour baisse, l’épiphyse transforme la sérotonine en mélatonine. Plus cette hormone circule dans le sang, plus le sommeil nous envahit.

Troubles fréquents

⦿ Calcification
Dans l’épiphyse s’entassent toutes sortes de toxines, comme le fluorure, le calcium, les pesticides et le mercure, ce qui va provoquer la calcification progressive de la glande. Selon certains, ce serait la cause de multiples problèmes physiques et entraverait aussi notre développement spirituel. Cela ne peut donc pas faire de mal de veiller à ingérer le moins possible de ces substances.

⦿ Sommeil perturbé
Avec l’âge, l’épiphyse produit moins de mélatonine. C’est pourquoi l’on met plus de temps à s’endormir et que le sommeil est moins profond. Combiné à une vie frénétique ou stressante, cela peut perturber considérablement le sommeil nocturne. Une supplémentation en mélatonine peut être une solution.

⦿Système immunitaire affaibli
Si l’épiphyse sécrète trop peu de mélatonine, notre système immunitaire en est affecté. La mélatonine améliore la résistance générale et constitue un antioxydant très puissant. Elle protège du cancer et ralentit le processus de vieillissement.

⦿Horloge biologique déréglée
Si de manière régulière, vous vous couchez trop tard ou vous levez trop tôt, votre horloge biologique peut se dérégler. L’épiphyse a alors du mal à réguler le rythme veille-sommeil. Un excès de stimuli ou un décalage horaire peuvent également fortement perturber le système. Adopter une routine et des heures de sommeil régulières aide à rétablir votre rythme.

Découvrez les exercices pour l’épiphyse ici !

Texte Saskia Grootegoed & Illustrations Sascha Pijnaker

Artboard 1

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

Newsletter

Restez au courant des nouvelles parutions de Yoga magazine